TERMINAL VIAU

Le 18 novembre 2016, l’APM et ses partenaires ont inauguré le nouveau terminal à conteneurs Viau. Ces travaux ont consisté à transformer des installations consacrées au vrac solide en un centre de manutention, d’entreposage et de transbordement de conteneurs moderne et à la fine pointe de la technologie.

Le projet incluait l’aménagement d’un poste à quai de 330 mètres, d’une zone intermodale et de voies d’accès aux camions, le réaménagement de la desserte ferroviaire et de l’accès routier, la construction d’un bâtiment multiservice incluant un espace de garage, des bureaux administratifs et une salle des débardeurs ainsi que la démolition de hangars. Termont Montréal Inc., l’opérateur du terminal, y a installé deux grues-portiques post-Panamax pour charger et décharger les porte-conteneurs.

Terminal Viau

Une seconde phase sera réalisée dans les années à venir. Elle comprendra l’installation d’un deuxième poste à quai de 330 mètres et de deux grues-portiques supplémentaires, ainsi que l’aménagement d’une aire complémentaire de réception des conteneurs.

À terme, le nouveau terminal aura une capacité de 600 000 conteneurs EVP (équivalents vingt pieds), portant la capacité de manutention totale du Port de Montréal à 2,1 millions de conteneurs EVP sur l’île de Montréal. Le terminal générera des bénéfices économiques supplémentaires de 340 M$ par année et créera 2 500 emplois directs et indirects.

La valeur totale du terminal Viau s’établit à 197 M$. Le gouvernement du Canada contribue à hauteur de 42,1 M$. Termont Montréal et l’APM y investissent respectivement 74 M$ et 80,9 M$.

De nombreux principes de développement durable ont été intégrés au projet du terminal Viau.

La mise en œuvre d’un plan de communication et de consultation a donné lieu à des rencontres avec une vingtaine d’intervenants locaux, dont des partenaires d’affaires, des organisations municipales et communautaires locales ainsi que des groupes d’intérêt. L’APM a organisé des soirées portes ouvertes auxquelles elle a convié les résidents du secteur pour leur présenter le projet, entendre leurs commentaires et répondre à leurs questions. Ces échanges ont permis de mettre en œuvre, lorsque cela était possible, des mesures d’atténuation non seulement pendant les travaux, mais aussi pendant l’exploitation subséquente du terminal. Par exemple, lors du processus de consultation publique, des citoyens ont demandé à Termont Montréal de changer la couleur de ses grues, c’est-à-dire de remplacer le rouge par une couleur plus neutre, le gris, de sorte qu’elles se fondent mieux dans le paysage. Une demande que l’opérateur du terminal a acceptée.

L’APM et Termont ont mené des études visant à évaluer les répercussions environnementales de ces travaux. Ainsi, dans le cadre de son réaménagement, l’APM a poursuivi un processus extrêmement innovateur de restauration et de réutilisation des sols. Une grande usine mobile mélangeait les sols excavés à de la poudre de ciment pour les solidifier et en améliorer la capacité portante, avant de remettre le tout au fond des aires excavées et de constituer ainsi une couche de fondation assez stable pour supporter des conteneurs.

Ce processus a permis de réutiliser 44 000 tonnes de sols de piètre qualité géotechnique qui auraient autrement été déblayés, puis transportés vers des sites d’enfouissement. La technique de solidification a également permis d’éliminer le besoin d’acheter et de faire livrer des matériaux de remblai de qualité supérieure pour obtenir une base solide. Cette approche a finalement contribué à réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 170 tonnes.

Ce projet de réutilisation des sols réalisé au Port de Montréal a remporté trois prix : à l’Association québécoise des transports (grand prix d’Excellence en transport, dans la catégorie Environnement), à l’American Concrete Institute (prix du Mérite), ainsi qu’à l’Association des transitaires internationaux canadiens (prix d’Excellence environnementale pour la région de l’Est).