INNOVATION ET RÉDUCTION DES GAZ À EFFET DE SERRE

L’APM applique les principes de développement durable dans tous ses processus opérationnels et, à ce titre, elle a intégré plusieurs innovations à ses projets de développement en 2016.

Illustration réduction GES Port de Montréal

Afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) qui sont reliés au camionnage dans le port, l’APM a lancé un nouveau PORTail du camionnage en octobre 2016, un outil qui affiche en temps réel les délais d’attente liés à la circulation dans le port, de sorte que les camionneurs puissent prendre des décisions éclairées quant à leurs déplacements dans le port, mieux planifier leurs déplacements vers les terminaux à conteneurs, éviter la congestion et gagner du temps. Tout cela permet de réduire les émissions de GES sur le territoire portuaire et dans les environs.

Cette application Web se fonde sur une combinaison de technologie RFID (identification par radio fréquence) et de lecteurs de plaques pour recueillir des données sur tous les déplacements des camions sur le territoire du Port de Montréal. Le système de saisie de données fournit une image instantanée de tous les véhicules qui traversent le portail commun d’entrée des camions, de leurs déplacements sur les voies, de leurs allées et venues dans les terminaux, de leur sortie du port, de la fluidité de la circulation et des points de congestion. Il mesure également les temps de déplacement des camions de l’entrée à la sortie du port. Cette information est envoyée en temps réel aux camionneurs, au moyen d’une application qu’ils téléchargent sur leur appareil mobile (dans Apple App Store et Google Play Store), ou directement sur leur ordinateur (à l’adresse www.portmtlcamions.com).

L’APM a réalisé ce programme en trois phases. La phase 1 comportait des mises à jour des systèmes de contrôle d’accès ainsi que l’installation des lecteurs de plaques à un certain nombre d’endroits stratégiques sur le territoire du Port. La phase 2 visait à fournir une base de données des points de croisement et d’indicateurs de rendement clés, à centraliser l’information du contrôle de l’accès de l’APM et de ses nombreux terminaux en une seule base de données pour l’administration portuaire, ainsi qu’à compiler les temps de déplacement des camions et les indicateurs de rendement clés en matière de GES.

Lancée en octobre 2016, la phase 3 visait quant à elle à créer le tableau de bord servant à la transmission électronique des temps de déplacement aux camionneurs et aux répartiteurs par messages d’alerte SMS (short message service), par courriel, par l’application mobile et dans le Web. L’APM a déjà enregistré quelque 10 000 visites par mois sur les applications Web et mobile du PORTail du camionnage.

L’APM compte parmi les premières autorités portuaires au monde à offrir à ses partenaires du transport routier un système avancé d’information en temps réel du trafic de camions sur son territoire. Ce projet est d’autant plus pertinent que, depuis quelques années, la proportion des camions qui déplacent des conteneurs à destination du port ou vers sa sortie est en hausse.

Dans le cadre de cette initiative, l’APM a travaillé notamment avec la Ville de Montréal et le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports du Québec. De plus, Transports Canada a contribué à hauteur de 1,375 M$ dans ce projet, en vertu du programme du gouvernement du Canada visant à réduire les émissions de GES et de polluants de l’air.

L’APM travaille également à un projet conjoint de systèmes de transport intelligents avec la Ville de Montréal. Ce projet a pour objectif un échange en temps réel de données, qui fournirait des renseignements pour le modèle de mobilité urbaine de la Ville.

En 2016, l’APM a mené des travaux visant à fournir un service d’alimentation électrique à quai, une méthode très efficace pour réduire les émissions atmosphériques provenant des moteurs diesel marins des navires. L’alimentation électrique permet d’améliorer la qualité de l’air local, en donnant la possibilité aux navires d’éteindre leurs moteurs lorsqu’ils sont à quai, et de se brancher au réseau électrique alimenté par des ressources énergétiques renouvelables.

L’APM a ainsi aménagé quatre postes d’alimentation sur les quais 25, 27, 29 et M2 en 2016 pour les navires qui passent l’hiver au port. Cette utilisation de l’électricité à quai devrait donner lieu à une réduction des GES de navires hivernant d’environ 1 500 tonnes par année.

Afin d’assurer une alimentation électrique assez puissante pour les navires de croisière, Hydro-Québec a installé une nouvelle ligne de 25 kV, qui alimente la nouvelle sous-station installée à l’été 2016 au terminal de croisière. On anticipe que les réductions de GES résultant du branchement électrique à quai des navires de croisière pourraient atteindre jusqu’à 1 300 tonnes par année.

Le coût total du projet d’alimentation à quai s’élève à 11 M$. Le gouvernement du Canada fournit jusqu’à 5 M$ en vertu de son Programme d’alimentation électrique à quai pour les ports. Le gouvernement du Québec et l’APM fournissent chacun 3 M$.