Environnement

L’APM cherche constamment à réduire son impact environnemental. Au cours des quatre dernières années, elle a réduit de 12 % les émissions de gaz à effet de serre (GES) liées à ses propres opérations. Entre 2007 et 2016, ce sont 33 % de ses propres émissions de GES par tonne de marchandise manutentionnée que l’APM a éliminées.

Dans le cadre d’un effort de réduction des émissions de GES relatives au camionnage sur le territoire du Port, l’APM a lancé, en octobre 2016, son nouveau PORTail du camionnage, une application Web aussi offerte sur iOS et Android, qui donne aux camionneurs l’information en temps réel qui leur permet de mieux planifier leurs itinéraires vers les terminaux du Port. Ainsi, les camionneurs peuvent éviter les embouteillages et gagner du temps, ce qui, ultimement, réduit les émissions de GES dans le port et ses environs. Le Port de Montréal figure parmi les premiers au monde à offrir un système avancé d’information en temps réel du trafic de camions sur son territoire.

Impact environnemental Port de Montréal

En 2016, l’APM a également entrepris des projets visant à fournir une alimentation à quai pour les navires hivernant et les paquebots de croisière au Port de Montréal.

L’alimentation électrique à quai améliore la qualité de l’air environnant puisqu’elle permet aux navires de stopper leurs moteurs marins au diesel et de se brancher au réseau de distribution électrique alimenté par des sources d’énergie renouvelable. À elle seule, cette initiative permet de retrancher annuellement 2 800 tonnes de GES aux émissions attribuables aux activités portuaires.

(Pour de l’information détaillée concernant le PORTail du camionnage et l’alimentation à quai, veuillez consulter la partie Innovation et réduction des GES de la section Projets et développement de ce rapport annuel en suivant ce lien.)

Parmi les autres initiatives visant à améliorer la qualité de l’air et de l’eau dans le port, l’APM a lancé en 2016 un projet pilote pour convertir un véhicule d’épandage de sel ainsi que trois camions, dont un avec nacelle, en installant une technologie qui fait en sorte que le moteur s’éteint lorsque le véhicule est à l’arrêt et qui fournit une alimentation électrique à l’équipement, y compris au système de CVCA (chauffage, ventilation et conditionnement de l’air).

En 2016, l’APM a ajouté sept nouveaux séparateurs hydrodynamiques sur son territoire afin de traiter les eaux pluviales. Cette pièce d’équipement spécialisé retire l’huile en phase libre et les particules solides en suspension dans l’eau de ruissellement, traitant ainsi la pollution à la source.

Lors des rénovations effectuées à son siège social de la Cité du Havre, l’APM a réalisé des économies d’énergie en choisissant un éclairage à DEL et au néon, plutôt que des ampoules incandescentes, en utilisant des matériaux à plus haut rendement pour les fenêtres et en isolant les murs extérieurs.

Par ailleurs, l’APM est membre de l’Alliance verte, le programme de certification environnementale volontaire de l’industrie de la marine de l’Amérique du Nord. En 2015 (résultats publiés en 2016), nous avons une fois de plus obtenu d’excellents résultats parmi les ports membres selon les critères d’évaluation de l’Alliance dans les domaines des GES, de la prévention de la pollution de l’eau et de l’air, des conflits d’utilisation et de leadership environnemental.

De plus, du 18 au 20 avril 2016, l’APM a accueilli la deuxième séance des Initiatives pour l’Avenir des Grands Fleuves (IAGF). Cette séance, qui abordait les défis auxquels font face de grands fleuves du monde, comprenait deux composantes locales : la gestion adaptative comme stratégie de gestion du plan de régulation des débits du fleuve Saint-Laurent ainsi que des pratiques exemplaires dans les relations ville-port dans la perspective de l’expansion portuaire à Contrecœur. Dans ce contexte, l’apport des membres de l’IAGF nous a permis d’avoir un portrait multidisciplinaire du Saint-Laurent.

Pour plus d’informations concernant les initiatives environnementales de l’APM, veuillez consulter le Rapport sommaire des réalisations en matière de développement durable 2016 en suivant ce lien : Rapport de développement durable.